affiche affiche affiche affiche affiche affiche affiche affiche affiche label

Semaine des alternatives aux pesticides (Missions eaux, Alsace)

2009-2017 : 9 années d’une belle et constructive collaboration entre le commanditaire et nous.
De nombreux autres supports sont réalisés dans le cadre de cette campagne, programme de la manifestation, cartes-com’ etc.

2017 : 10e édition de la Semaine des Alternatives en Alsace.
10 années de sensibilisation du public, que seule notre petite fille peut « fêter » en concoctant un gâteau de cailloux et son coulis de terre, cher aux enfants (adultes, prière de finir son assiette, de se régaler et d’en redemander : du vécu, non ?).
Elle le partage avec sa ménagerie, tous alliés du jardinier ou représentants de la biodiversité.

2016 : L’interdiction de la vente des pesticides aux particuliers est annoncée pour 2017. Les dangers qu’ils représentent pour la santé et pour la qualité de l’eau sont aujourd’hui une évidence.
Fidèles à la volonté de l’équipe, c’est le progrès que nous mettrons en scène et non les interdits et les dangers.
Il est illustré cette année par la possibilité de manger fruits et légumes du jardin, sans obligatoirement les laver. La fraise, fruit local et précoce a été choisie. Irrésistible sur pied, chauffée par le soleil, elle passe rarement par la case «lavage» surtout au saut du lit...

2015 : La petite fille qui a fait son apparition en 2013 devient la vedette de cette campagne.
Représentative de la nécessaire évolution des consciences, elle se lance dans la construction d’un hôtel à insectes - aliés du jardinier - illustrant ainsi le passage de l’extermination... à la protection !

2014 : Préserver la ressource en eau, avoir de l’eau potable au robinet est le cœur de projet des Missions Eaux et de leur lutte contre l’emploi des pesticides.

2013 : La mise en place du zéro-pesticide dans les communes se heurte à l’intolérance aux «mauvaises» herbes de la part du public.
Faire avancer les mentalités sur ce sujet était l’objectif de cette édition.
L’affiche nous met face à l’’émerveillement d’un tout petit et nous renvoie à notre aversion envers les pissenlits et notre conception (erronée) de la propreté.

2012 : L’eau. Préserver la qualité de l’eau est un des objectifs de la lutte contre l’emploi des pesticides. Cette scène aquatique, préservée et riche en biodiversité est celle que nous devrions laisser aux générations futures.

2011 : La prairie fleurie est une alternative aux pesticides aux effets désirables. Refuge de biodiversité et des pollinisateurs, elle symbolise le passage à une écologie positive, sans contraintes ou frustrations ; la preuve : elle est INTERDITE aux tondeuses. Un éloge de la paresse ?

Voir aussi : Making off SAP 2011
© polo graphiste et A. Gessat, photo C. Creutz

2010 : Ce visuel montre les trois publics visés, agriculteurs, agents communaux, particuliers, installés sur une herbe dite mauvaise, le plantain.

2009 : Une coccinelle gourmande, l'alternative aux pesticides la plus connue du grand public en 2009.
© polo graphiste et A. Gessat, photo A. Basset

label

© polo graphiste et A. Gessat

Semaine des alternatives aux pesticides (Missions eaux, Alsace)

2009-2017 : 9 années d’une belle et constructive collaboration entre le commanditaire et nous.
De nombreux autres supports sont réalisés dans le cadre de cette campagne, programme de la manifestation, cartes-com’ etc.

2017 : 10e édition de la Semaine des Alternatives en Alsace.
10 années de sensibilisation du public, que seule notre petite fille peut « fêter » en concoctant un gâteau de cailloux et son coulis de terre, cher aux enfants (adultes, prière de finir son assiette, de se régaler et d’en redemander : du vécu, non ?).
Elle le partage avec sa ménagerie, tous alliés du jardinier ou représentants de la biodiversité.

2016 : L’interdiction de la vente des pesticides aux particuliers est annoncée pour 2017. Les dangers qu’ils représentent pour la santé et pour la qualité de l’eau sont aujourd’hui une évidence.
Fidèles à la volonté de l’équipe, c’est le progrès que nous mettrons en scène et non les interdits et les dangers.
Il est illustré cette année par la possibilité de manger fruits et légumes du jardin, sans obligatoirement les laver. La fraise, fruit local et précoce a été choisie. Irrésistible sur pied, chauffée par le soleil, elle passe rarement par la case «lavage» surtout au saut du lit...

2015 : La petite fille qui a fait son apparition en 2013 devient la vedette de cette campagne.
Représentative de la nécessaire évolution des consciences, elle se lance dans la construction d’un hôtel à insectes - aliés du jardinier - illustrant ainsi le passage de l’extermination... à la protection !

2014 : Préserver la ressource en eau, avoir de l’eau potable au robinet est le cœur de projet des Missions Eaux et de leur lutte contre l’emploi des pesticides.

2013 : La mise en place du zéro-pesticide dans les communes se heurte à l’intolérance aux «mauvaises» herbes de la part du public.
Faire avancer les mentalités sur ce sujet était l’objectif de cette édition.
L’affiche nous met face à l’’émerveillement d’un tout petit et nous renvoie à notre aversion envers les pissenlits et notre conception (erronée) de la propreté.

2012 : L’eau. Préserver la qualité de l’eau est un des objectifs de la lutte contre l’emploi des pesticides. Cette scène aquatique, préservée et riche en biodiversité est celle que nous devrions laisser aux générations futures.

2011 : La prairie fleurie est une alternative aux pesticides aux effets désirables. Refuge de biodiversité et des pollinisateurs, elle symbolise le passage à une écologie positive, sans contraintes ou frustrations ; la preuve : elle est INTERDITE aux tondeuses. Un éloge de la paresse ?

Voir aussi : Making off SAP 2011
© polo graphiste et A. Gessat, photo C. Creutz

2010 : Ce visuel montre les trois publics visés, agriculteurs, agents communaux, particuliers, installés sur une herbe dite mauvaise, le plantain.

2009 : Une coccinelle gourmande, l'alternative aux pesticides la plus connue du grand public en 2009.
© polo graphiste et A. Gessat, photo A. Basset

label

© polo graphiste et A. Gessat